Santa Maria Novella

527121_410668892328545_1563847432_nLOGONous sommes en 1221 lorsque les premiers Dominicains s’installent à Florence. Sur les ruines d’une petite église, Santa Maria alle Vigne, ils construisent un ensemble conventuel et une basilique qui prend le nom de Santa Maria Novella. Rapidement cette communauté s’agrandit et, comme le veut la règle, une apothicairerie est créée à l’intention des moines du couvent. Elle est dirigée par un frère apothicaire encore appelé Speziale. Très vite à Santa Maria Novella, la pharmacie ne se contente pas de son activité interne. En 1348 la peste dévaste l’Europe, les frères apothicaires mettent leurs connaissances au service de la population de Florence. L’élaboration de l’eau de rose et du pot-pourri date de cette époque.

Au 16ème siècle, c’est à Santa Maria Novella qu’est inventé un mélange odorant aux nombreuses propriétés curatives. Rendu célèbre par Catherine de Medicis, qui le fit connaitre en France, il prendra le nom d’Eau de la Reine puis, grâce au travaux de Paolo de Feminis, d’Eau de Cologne en hommage à la ville qui l’accueillit pour ses études. C’est en 1612 que Fra Angiolo Marchissi décide d’ouvrir officiellement l’Officina Profumo-Farmaceutica di Santa Maria Novella au public. Le Grand Duc Ferdinand de Medicis féru de botanique et d’alchimie, prend les travaux des moines de Santa Maria Novella en grande considération et fera de l’Officina une Fondation Granducale ce qui lui assure une renommée dans toute l’Europe.

Au 18ème siècle la célébrité de Santa Maria Novella dépasse les frontières de l’Europe. L’efficacité de ses formules notamment les élixirs et les liqueurs est fameuse dans le monde entier. En 1753, Fra Cosimo Bucelli, l’apothicaire, rénove l’ancienne herboristerie des moines en une luxueuse salle aux boiseries précieuses destinée à accueillir les illustres clients de l’Officina. L’utilisation de cette magnifique pièce continue aujourd’hui, puisqu’elle abrite désormais la partie herboristerie de l’établissement.

Le 19ème siècle verra d’autres bouleversements : la très belle chapelle de la famille Acciaiuoli appartenait aux Dominicains de Santa Maria Novella depuis 1335 date à laquelle la riche famille florentine leur en avait fait don, en remerciement d’une guérison inespérée. Cette magnifique salle ne servait depuis que d’entrepôt pour les matières premières. Fra Damiano Beni en dirigea la rénovation et en fit le majestueux salon de vente qui accueille toujours les clients de l’Officina au 16 via della Scala. En 1867, l’Unité Italienne dissout les congrégations religieuses et les Dominicains voient leur établissement confisqué au profit de la ville de Florence. Cependant, c’est Cesare Augusto Stefani, le neveu du dernier frère apothicaire, instruit par son oncle des secrets des alambics qui repris la licence et racheta ensuite le mobilier, le matériel et les réserves de Santa Maria Novella.

La famille Stefani est toujours propriétaire de la célèbre adresse florentine, au 16 de la via della Scala. Aujourd’hui, sous l’impulsion de son directeur Eugenio Alphandéry, Santa Maria Novella fabrique et distribue dans le monde entier ses spécialités en respectant les recettes et les techniques mises au point pendant plus de 600 ans de pratiques ininterrompues de l’art des parfums et des remèdes.

523176_410669032328531_1387192004_n